Balaur, un dromaeosaure roumain bizarroïde (6/9/2010)

Csiki Z., Vremir M., Brusatte S.L. and Norell M.A., 2010. An aberrant island-dwelling theropod dinosaur from the Late Cretaceous of Romania. PNAS 107(35): 15357-15361

Au Crétacé supérieur, l'Europe était formée d'une multitude d'îles et profitait d'un climat chaud. La faune de ces îles était particulière, aux traits archaïques, souvent de petite taille, et parfois aberrante, répondant au principe de l'évolution insulaire. Jusqu'à présent, les dinosaures herbivores, tortues, lézards, crocodiles, et mammifères découverts étaient en effet de petite taille et formaient des groupes endémiques et primitifs comparés à leurs contemporains vivant sur d'autres continents. Les paléontologues viennent de décrire un nouveau genre de dinosaure carnivore qui vivait en Roumanie il y a 65 Ma. Balaur bondoc était un petit dromaeosaure à la silhouette trapue, proche du célèbre Velociraptor. Contrairement à la faune typique du bassin de Hateg (Roumanie), il n'était pas plus petit ou archaïque que ses contemporains. Sa découverte indique aux paléontologues qu'il existait encore des échanges entre l'Europe et l'Asie au Crétacé supérieur.

Balaur possédait une série de caractères particuliers : les os de la main étaient fusionnés en un "carpométacarpe" et le doigt III était atrophié. Le pubis et l'ischion ont subi une inversion, les plaçant dans une position quasi parallèle à l'ilion; le muscle fémoral était large et puissant. Les os de la patte postérieure avaient également fusionnés, formant un membre optimisé pour la force, au détriment de la vitesse à la course. Le doigt I du pied, au lieu d'être réduit comme chez les autres théropodes, était aussi large que le II, et portait comme celui-ci une griffe raptoriale. Balaur possédait donc au total 4 griffes surdéveloppées au pied. Ses ossements ont la particularité de présenter une surface étonnament sculptée, caractère présent sur d'autres ossements de théropodes du Bassin de Hateg, mais pas chez d'autres vertébrés découverts à cet endroit. Les paléontologues ignorent encore si cet aspect est lié à l'âge de l'individu, particulier à un groupe de théropodes, ou dépendant des conditions environnementales.

Balaur bondoc, silhouette et éléments retrouvés

Reconstitution de la silhouette et ossements découverts du nouveau dromaeosaure Balaur bondoc (Figure issue de Csiki et al., 2010) 

Balaur bondoc démontre une fois de plus que les faunes insulaires sont souvent aberrantes, évoluant rapidement dans ce milieu particulier. Dans son cas, il ne s'agit cepandant ni de nanisme, ni de caractères primitifs. L'endémisme des îles européennes du Crétacé supérieur était donc le résultat à la fois de transformations morphologiques importantes et de la survivance de lignées anciennes et archaïques.

Créer un site
Créer un site