Un poisson au crâne transparent (12/3/2009)

Robison B.H. and Reisenbichler K.R., 2008. Macropinna microstoma and the paradox of its tubular eyes. Copeia 4: 780-784

A plusieurs centaines de mètres de profondeur dans l'océan Pacifique Nord, vit un poisson très particulier, au crâne parfaitement transparent et aux moeurs solitaires. Découvert il y a 70 ans, Macropinna microstoma était très mal connu. Lors de précédentes captures, les spécimens étaient à chaque fois abimés et n'avaient pu être décrits de manière satisfaisante. Ce poisson appartient à la famille des Opisthoproctidés, des poissons d'abysses aux yeux tubulaires. Ces yeux captent la très faible lumière qui parvient dans les profondeurs des océans, augmentent la perception des contrastes, et permettent une vision binoculaire, tout en représentant une économie par rapport à un large oeil sphérique. Leur disposition réduit cependant le champ de vision, et plusieurs espèces possèdent des tissus rétiniens accessoires qui leur donnent une sensibilité périphérique à la lumière, sans toute fois produire d'image.

Certains Opisthoproctidés ont des yeux tubulaires dirigés dorsalement (vers le haut du crâne), d'autres rostralement (vers l'avant de leur corps). Il était généralement admis que la position des yeux est fixe. Les chercheurs pensent que les espèces dont les yeux ont une position rostrale nagent le corps à la verticale pour voir et engloutir les proies juste au-dessus d'elles. Dans le cas des espèces aux yeux en position dorsale et à la bouche petite (incapable de suction), le mode de capture restait un mystère.

Macrospinna microstoma, le poisson à tête transparente

Une photo de Macropinna microstoma, prise à 744 m de profondeur. Le poisson mesure 14 cm de long. On remarque clairement, sous le dôme transparent, les lentilles vert brillant des deux yeux. Les deux "taches" au-dessus de la bouche sont les narines du poisson. (Figure issue de Robison & Reisenbichler, 2008) D'autres photos sont visibles sur le site du MBARI.

Macropinna possède des yeux tubulaires verts. On pense que la pigmentation des yeux fournit un filtre spécifique qui permet au poisson de mieux discriminer ses proies bioluminescentes par rapport aux eaux relativement plus lumineuses d'en haut. D'un point de vue anatomique et comportemental, ses yeux sont généralement orientés en position dorsale. Un spéciment récemment capturé, qui a pu être maintenu en vie et observé durant quelques heures, a cependant révélé que Macropinna peut à loisir orienter ses yeux vers l'avant ou vers le haut. Le bouclier transparent qui recouvre son crâne est un tégument solide et flexible, et cependant fragile. Sous ce bouclier, une chambre remplie d'un fluide entoure et protège les yeux de l'animal. Derrière les yeux, une paroi renferme le cerveau. Entre les yeux et la bouche, une large poche contient l'organe olfactif. Les larges nageoires pelviennes lui donnent une grande maniabilité, et lui permettent également de rester sans bouger, facilitant la détection et la capture des proies.

Deux orientations possibles des yeux du Macropinna microstoma

Photos de la tête en vue latérale d'un spécimen vivant de Macropinna, maintenu dans un aquarium. A) les yeux sont dirigés dorsalement B) les yeux sont dirigés rostralement. Les photos ont été prises à des angles légèrement différents. (Figure issue de Robison & Reisenbichler, 2008)

Macropinna se nourrit de siphonophores, colonies de cnidaires proches des méduses, souvent bioluminescents, et affectionnant les profondeurs. Les individus de la colonie sont organisés en une chaîne qui peut atteindre plusieurs dizaines de mètres de long, et dont certains sont spécialisés dans la capture des petits poissons et crustacés grâce à leurs cnidocytes (cellules urticantes). Des Opisthoproctidés ont déjà été observés se nourrissant des siphonophores et des proies capturées par ceux-ci. Des restes de cnidaires ont également été retrouvés dans l'estomac de plusieurs espèces. A cet effet, le dôme transparent fournirait une protection contre les tentacules des siphonophores.

Macropinna peut donc nager le corps à l'horizontale, observant les proies potentielles au-dessus de lui. Il peut ensuite faire basculer son corps et approcher sa bouche de la proie choisie, grâce à la précision de sa nage, et ceci sans la perdre de vue grâce à ses yeux mobiles. On ignore si les autres Opisthoproctidés ont également des yeux orientables, ou s'il s'agit d'une particularité de Macropinna microstoma.

 

 

Créer un site
Créer un site