La vie serait-elle extraterrestre ? (15/06/2008)

Martins Z., Botta O., Fogel M.L., Sephton M.A., Glavin D.P., Watson J.S., Dworkin J.P., Schwartz A.W. and Ehrenfreund P., 2008. Extraterrestrial nucleobases in the Murchison meteorite. Earth and Planetary Science Letters, 270(1-2): 130-136

Des molécules de base pour la fabrication d'ADN et d'ARN ont été découvertes dans une météorite, dite météorite de Murchison, tombée en Australie en 1969. Ces molécules sont l'uracile (base pyrimidique propre à l'ARN) et la xanthine (base purique qui a perdu un NH2). Afin de vérifier que ces molécules ne résultent pas de contaminations, les isotopes du carbone ont été mesurés : le carbone 12 est présent en larges quantités sur Terre, tandis que le carbone 13 est surtout présent dans les nuages de gaz interstellaires. Le ratio C13/C12 inhabituellement élevé favorise l'hypothèse selon laquelle ces bases ont bien été apportées par la météorite et sont donc extraterrestres. La météorite contenait également 18 acides aminés (constituants des protéines), dont la moitié est lévogyre (seule forme communément utilisée par les organismes terrestres) et l'autre moitié dextrogyre.

Entre 4,5 et 3,8 milliards d'années, au moment où la vie est apparue sur notre planète, de nombreuses météorites telles que celle de Murchison sont tombées sur Terre et ont pu apporter les précurseurs des acides nucléiques qui ont servi à construire l'ADN et l'ARN, essentiels à l'information génétique de tout être vivant. Des sucres et des phosphates ont aussi été découverts en étudiant d'autres météorites.

Cette théorie (nommée panspermie) existe depuis de nombreuses années, mais des preuves convaincantes de sa pertinence n'avaient jamais été apportées. Cependant, certains chercheurs sont sceptiques devant les résultats des analyses car ceux-ci pourraient être faussés par d'autres composés chimiques présents dans la roche.

Météorite de Murchison

Météorite de Murchison (source : Smithsonian National Museum of Natural History)

Créer un site
Créer un site