Une nouvelle espèce d'Australopithèque (30/5/2010)

Berger L.R., de Ruiter D.J., Churchill S.E., Schmid P., Carlson K.J., Dirks P.H.G.M. and Kibii J.M., 2010. Australopithecus sediba: A new species of Homo-like australopith from South Africa. Science 328: 195-204

Dirks P.H.G.M., Kibii J.M., Kuhn B.F., Steininger C., Churchill S.E., Kramers J.D., Pickering R., Farber D.L., Mériaux A.-S., Herries A.I.R., King G.C.P. and Berger L.R., 2010. Geological setting and age of Australopithecus sediba from southern Africa. Science 328: 205-208

Une nouvelle espèce d'Australopithèque a été découverte en Afrique du Sud, dans une grotte de la région de Malapa. Ce site est situé à 15 km d'autres gisements célèbres tels Sterkfontein, qui livrent des fossiles d'Hominidés depuis de nombreuses années. On estime que les fossiles de cette nouvelle espèce, nommée Australopithecus sediba, sont âgés de 1,78 à 2 Ma maximum. Plusieurs individus ont été découverts, mais seuls deux d'entre eux ont été complètement préparés pour l'instant. Il s'agit des restes assez complets d'un jeune mâle d'environ 11 ou 12 ans, et d'une femelle adulte. Ces individus sont morts dans ces grottes et ont rapidement été enfouis après leur mort, peut-être sont-ils tombés dans un des puits verticaux communiquant avec l'extérieur. Le très bon état de préservation et le fait que les éléments squelettiques sont articulés indiquent que les prédateurs et charognards n'avaient pas accès à leurs restes et qu'il n'y a eu guère de déplacement post-mortem.

Ces fossiles sont intéressants à plus d'un titre; d'une part ils sont extrêmement bien préservés. D'autre part, cette nouvelle espèce possède une série de caractéristiques, tantôt typiques aux australopithécines, tantôt proches des humains à venir, ce qui en fait un sujet d'étude précieux pour les paléoanthropologues qui cherchent à comprendre comment la lignée Homo (à laquelle nous appartenons) a émergé. Australopithecus sediba possède ainsi une petite taille, de longs bras, un petit volume crânien (420 cm³), comme les autres australopithèques. Cependant, ses dents sont relativement petites, il a un nez proéminent, et son ischion ressemble déjà à celui des Homo. Il devait d'ailleurs être bipède et assez bon coureur. D'après Berger et al., cette nouvelle espèce dériverait d'Australopithecus africanus. Elle est également plus proche du genre Homo que n'importe quelle autre espèce d'australopithèque découverte à ce jour.

Australopithecus sediba

Crâne, mandibule partielle, et restes post-crâniens d'Australopithecus sediba

 

Créer un site
Créer un site